JEP : Inauguration d'une plaque en hommage à André Masson

Date : le 16 septembre 2017 à 11h00
Personnalités présentes : En attente...
Lieu : Maison Masson, 27480 Lyons-la-Forêt

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2017, les Amis de Lyons rendent hommage à l’artiste surréaliste André Masson (1896-1987) qui vécut à Lyons de 1937 à 1941.

André Masson dans la cour de sa maison de Lyons © collection privée

André Masson dans la cour de sa maison de Lyons © collection privée

Ami de Joan Miró dont il partagea au 45 de la rue Blomet à Paris un lieu de création entre 1922 et 1928, Masson y rencontrera nombre d’artistes parmi lesquels Juan Gris, Derain, Artaud, Max Jacob. On y vient pour discuter, lire à haute voix du théâtre élisabéthain, jouer aux cartes… Breton y vient également. Commence une amitié entre les deux hommes qui lui fait rejoindre le groupe des surréalistes.

Masson fait alors la connaissance de Paul Eluard et de Georges Bataille dont il épousera plus tard la belle-soeur, Rose Maklès. Brouillé un temps avec Breton, Masson quitte le mouvement surréaliste. Il crée ses dessins automatiques, obtient également des commandes importantes de décors pour des particuliers ou les Ballets russes de Monte-Carlo. Il expose en 1933 à New York puis part s’installer en Espagne en 1934. La guerre l’en chassera. C’est alors qu’il s’installe en 1937 à Lyons-la-Forêt dans le quartier du Bout-de-Bas avec Rose, son épouse, et leurs deux enfants.

L’accueil d’une partie de la population n’est pas très chaleureux comme Masson le relate dans son journal. « Mon arrivée après l’Espagne, dans un village de Normandie, Lyons-la-Forêt, où je me suis fixé : l’accueil des gens était immonde ! J’étais accusé de tous les crimes ! On a su que je venais d’Espagne : la gendarmerie a dû prendre mon parti contre les gens. » 

Durant ce long séjour, Masson sera très créatif. Son fils Diego qualifie même ces années lyonsaises comme parmi les plus importantes dans l’oeuvre de son père. Il reçoit alors André Malraux, André Breton, Aragon, Bataille, Jean-Louis Barrault…

Obligé de fuir face à l’avancée des troupes allemandes, Masson quittera Lyons en 1941 pour New York où il retrouvera d’ailleurs Breton.

.