Catherine de Médicis, signora de Lyons

9 septembre 2015

Le 30 août 1576 au Louvre, est signé entre la reine mère Catherine de Médicis et le comte Charles de Mansfeld un contrat d’échange de terres. Deux ans après la mort du roi Charles IX, Catherine de Médicis désire, afin de conserver la mémoire de son fils, recouvrer les châtellenies et seigneuries de Noyon-sur-Andelle (Charleval) et de Lyons. Le contrat rappelle que les terres de la vallée de l’Andelle devaient accueillir, selon le désir de Charles IX, une vaste résidence de chasse dont l’édification débutée avant 1570 par le célèbre architecte Jacques Androuet du Cerceau fut interrompue par la mort prématurée du roi.

« Contract en forme d’échange entre la Reine mère et Me Charles, comte de Mansfeld, chevalier des ordres du roy et gentilhomme ordinaire de sa chambre, des terres et seigneuries de Noyon sur Andelle et Lyons en contre échange de la terre et chatellenie de Moret en Gatinois.

 

1576, 30 août

Catherine de Médicis

Furent présens en leurs personnes très haute, très puissante et très excellente princesse Catherine, par la grace de Dieu, royne de France, mère du roy d’une part et Charles, comte de Mansfeld, gentilhomme ordinaire de la chambre du dit seigneur d’autre part, disans les dites dames et sieur comte que dès le 5e jour de novembre 1575 le Roy étant en son conseil auroit par advis d’icelui vendu, cédé et transporté, à faculté toutes fois de rachaps et revenu perpetuel au dit sieur comte de Mansfeld, les terres, chastellenies et seigneuries de Noyon-sur-Andelle et de Lyons leurs appartenances et dépendances et dépendant du comté de Gisors assis et situé dans les enclaves du ressort des baillages de Rouen et du dit Gisors, pays de Normandie leurs circonstances et dépendances quelquonques ainsi qu’elles appartiennent au dit sieur Roy et qui les a cédées et transportées au dit sieur comte moyennant le prix et somme de 36 000 livres tournois et aux autres charges, clauses et conditions portées et contenues au contract de la dite vendition receu et passé par Beaufort et Payez, notaires du dit seigneur au chatelet de Paris, laquelle somme, le dit sieur Comte ayant le 11e du dit mois de novembre fournie

Charles IX

et mise ès mains de Maistre François Sabastier, conseiller du dit seigneur et trésorier de son épargne  qui lui en auroit baillé sa quittance et pour ce que le feu Roy, dernier decedé auroit de son vivant commencé de faire construire, bastir et édifier sur partie des dits lieux vendus, ung beau et grand bastiment consistant en un chasteau, maison de plaisance et autres choses qu’il auroit nommées et appellées Charleval lequel par son deceds seroit devenu imparfait, la dite dame désirant retirer et recouvrer les dits lieux par la mémoire du dit feu roy, son fils auroit fait entendre au dit sieur comte son vouloir et intention être de reprendre et retirer de lui les dites terres, chatellenies et seigneuries de Noyon sur Andelle et de Lyons, leurs appartenances et dépendances lui bailler et délaisser par forme d’échange la chatellenie, terre et seigneurie de Moret, ses appartenances et dépendances dépendans du Comté de Meulan à la dite dame appartenant et à elle baillié et délaissé pour partie de son dot et assignat, ce que le dit sieur comte lui auroit libéralement accordé, pour ce est-il que les dits dame reine et sieur comte de Mansfeld de leurs bons grés, pures, franches et libérales volontés reconnurent et confessèrent, reconnaissent et confessent en avoir fait et et faire entr’eux les échanges y mentionnés, cessions, transports et convenances qui ensuivent, c’est à savoir la dite dame Royne avoir baillé, cédé et transporté et délaissé…. (sic) au dit sieur comte de Mansfeld ce acceptant pour lui, ses hoirs et ayant cause ou temps advenir, la dite chastellenie, terre et seigneurie de Moret, ses appartenances et dépendances à la dite dame appartenant par la forme dessus dite,

Charles, comte de Mansfeld

sans en retenir ne reserver par elle aucune chose que la dite dame a promis et sera tenue faire valoir la somme de 3 000 livres tournois de revenu par chacun an, toutes charges faites et déduites….. (sic), la dite chatellenie, terre et seigneurie de Moret subjette à rachapt perpetuel du roi, notre souverain seigneur pour la somme de 36 000 livres tournois et non moindre, et pour et en contre échange le dit sieur Comte a baillé, cédé et transporté et délaissé du tout à toujours, sans toutefois aucune garantie que des ses faits et promesses et obligeant seulement à la dite dame royne mère du roy ce acceptante, pour elle, ses hoirs et ayant cause, les dites terres, chatellenies et seigneuries de Noyon sur Andelle et de Lyons, leurs appartenances et dépendances ainsi qu’elles se poursuivent et comportent à lui appartenant de son conquêt par lui faits du dit sieur Roy avec les droits, noms, raisons et actions que le dit sieur Comte a et peut avoir contre le Roy, notre souverain seigneur pour parfournir et faire valoir la dite terre et seigneurie de Noyon sur Andelle, 3 000 livres tournois de rente par chacun an………… (sic).

Fait et passé au château du Louvre, le jeudi 30e et penultieme jour d’août 1576. »

 

Source : AN (Fonds Dom Lenoir), 104 MI 2, p 47 et 48