Le comte Martin-Roch Estève en son château d’Heudicourt

28 mai 2011

Le comte et la comtesse Estève furent, en ce magnifique après-midi du 14 mai, des hôtes parfaits et les meilleurs guides pour nous faire découvrir le remarquable destin de leur ancêtre, Martin-Roch Estève (1772 – 1853).

Le comte Estève accueille les Amis de Lyons

Originaire de Montpellier, remarqué par Cambacérès, le jeune Martin-Roch débute sa carrière dans le cadre du service de la Trésorerie aux Armées, il participe, à ce titre, aux campagnes d’Italie et d’Egypte au côté de Bonaparte dont il rapporte des témoignages extrêmement intéressants. Il joue un rôle prépondérant dans l’organisation des finances de l’Egypte.

Apprécié par Bonaparte pour la qualité de son travail, il est nommé par la suite Trésorier du Gouvernement puis Trésorier de la Couronne sous le Premier empire. Il fut aussi administrateur général des finances du Royaume de Prusse. Estève côtoya les plus grands de son temps mais aussi des artistes de renom comme le peintre David. On le voit d’ailleurs au centre du célèbre tableau immortalisant le sacre de l’Empereur, le seul dans l’assemblée qui semble fixer le peintre.

Martin-Roch Estève représenté sur le tableau du sacre de Napoléon

Napoléon a dit de lui à Sainte-Hélène : « Il m’était chaudement attaché ; il m’eût conduit mon trésor par force à Fontainebleau. S’il ne l’eût pu, il l’aurait enterré, jeté dans les rivières, distribué, plutôt que de le livrer. » (in Mémorial de Sainte-Hélène, à la date du 2 juin 1816).